Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La revue d'Istyar

La revue d'Istyar

Juste un blog dans lequel je traiterai de mes deux passions: le cinéma et les séries télévisées.

Critique "Rogue One - A Star Wars Story" de Gareth Edwards

Critique "Rogue One - A Star Wars Story" de Gareth Edwards

Après la sortie en décembre 2015 du septième épisode de la saga Star Wars, les fans du monde entier attendent avec impatience la suite des aventures de Rey. Et pour combler leur impatience (et surtout gagner encore plus d'argent...), Disney nous propose depuis quelques semaines maintenant de retourner dans cette galaxie lointaine (très lointaine) avec le premier spin-off tiré de l'univers Star Wars: Rogue One - A Star Wars Story. Situé entre les épisodes III et IV, ce film nous explique comment un groupe de rebelle a réussi à dérober les plans de l'Etoile de la Mort, il était donc attendu au tournant par les fans du monde entier. Alors, Gareth Edwards (Godzilla, Monsters) a-t-il réussi à combler leurs attentes ?

ATTENTION SPOILERS !!!

Je dois bien l'avouer, j'avais quelques appréhensions à propose de ce film: s'attaquer au monument qu'est Star Wars, cette fois ci en étant limité car encadré par les épisodes III et IV, tout en devant se démarquer de l'univers d'origine et ne pas décevoir les fans après un épisodes VII qui portait à débat, cela relevait une nouvelle fois du défit. Et bien Gareth Edwards a relevé ce défit avec brio de mon point de vue ! Tout d'abord, si j'ai adoré ce film, c'est parce qu'il réussit à s'encrer dans l'univers d'origine tout en arrivant à s'en démarquer complètement, de par son ton plus sombre, plus adulte que les autres volets de la saga, comme les Animaux Fantastiques avait réussi à le faire un mois plus tôt envers l'univers Harry Potter. Cela nous offre un film différent des autres, nous permettant aussi de découvrir une autre facette de l'univers de Lucas. Ensuite, côté casting, on est très content de retrouver Mads Mikkelsen ou encore Forest Whitaker, même si leur rôle reste au second plan. Mais j'ai surtout été surpris par Felicity Jones (aperçue plus tôt dans l'année au côté de Tom Hanks dans Inferno, mais principalement connue pour son rôle dans Une merveilleuse histoire du temps, qui lui a valu une nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice), qui campe une Jyn Erso convaincante dans son rôle de héros de la galaxie, et on est assez triste de savoir qu'on ne la reverra plus.

Felicity Jones, une actrice à suivre de près dans les années à venir...

Felicity Jones, une actrice à suivre de près dans les années à venir...

Car oui cher lecteur, si tu n'as pas vu Rogue One et que tu ne m'as pas écouté quand je t'ai prévenu qu'il y aurait des spoilers, tu ne te plaindra pas d'apprendre que la totalité de cette équipe de Rebelles meurt au cours de cette mission, rajoutant un côté plus adulte au film: même les héros finissent par mourir. Et en soi c'est assez logique: ceux qui ont réussi à voler les plans de l'Etoile de la Mort devrait être au premier rang de l'Alliance Rebelle, or on ne les voit pas dans les épisodes suivant, le meilleur choix à faire était donc de tuer tous ces nouveaux personnages. De plus, ils ont réussi leur mission, accomplit leur destin, ils n'ont donc plus leur place dans l'univers Star Wars. Mais hélas, ces morts ne font pas vraiment d'effets sur le spectateur, car nous n'avons pas eu le temps de nous attacher à ces personnages, de par leur nombre et surtout à cause du scénario en lui même, qui est basé sur quelque chose de très simple, mais qui (pour on ne sait quelle raison) a été compliqué par les Script-directors, privant les personnages d'occasions leur permettant de se rendre attachant.

Des personnages intéressants mais peu attachants...

Des personnages intéressants mais peu attachants...

Autre gros point positif, le fan service très bien dosé dans ce film. Bon ok, Rogue One, en soi, c'est du fan service, mais faire une nouvelle trilogie dans l'univers Star Wars, n'est-ce pas du fan service ? Il faut bien s'y faire: aujourd'hui, tout ce qui tourne autour de la saga Star Wars, ce n'est plus que du fan service, un moyen de rapporter de l'argent aux Studios. D'ailleurs, les représentant de Lucas Films (racheté par Disney en 2012) le disent eux même: tant que les places de cinéma continueront à se vendre, il y aura toujours un nouveau film Star Wars. Le cinéma actuel ne sert plus qu'à ça: rapporter de l'argent aux grandes sociétés de productions, mais ça, j'y reviendrai surement d'en un autre article... Mais il faut bien l'avouer, revoir Dark Vador 11 ans après sa dernière apparition au cinéma, ça fait toujours son petit effet !

Je ne vais pas m'attarder sur la réalisation, car beaucoup de choses ont déjà été dites à propos de cela, c'est du Gareth Edwards, du gigantisme dans toute sa splendeur ! Après Godzilla et Rogue One, va-t-il réussir à faire encore plus gros ?

Du gigantisme en veux tu en voilà !

Du gigantisme en veux tu en voilà !

A mes yeux, mis à part le manque d'attachement aux personnages, ce film a un défaut qui m'a quand même sauté aux yeux: son montage. Mais en soi, cela n'est plus vraiment un défaut, cela devient même (hélas) une norme, car toutes les grosses productions nous font exactement la même chose depuis toujours, mais encore plus ces dernières années. En fait, le soucis de ce montage, c'est qu'il n'est pas vraiment fluide, on passe d'une planète à une autre d'un seul coup, ce qui fait que, pendant les 20 premières minutes du film, on voit à peu près une dizaine d'environnements différents, sans s'attarder dans un seul d'entre eux: l'action est privilégiée au détriment de la "belle image", les plans bougent dans tout les sens, ce qui ne nous laisse pas vraiment le temps de conserver quelques grandes images de ce film. A mes yeux, il y a quand même quelques plans iconiques: celui où Vador illumine une pièce de son sabre laser, ou encore les derniers instants de Jyn Erso sur la plage, avec en fond les destructions occasionnées par l'Etoile de la Mort. Mais mis à part ces quelques plans, pas grand chose hélas...

Je terminerai cette critique avec mon avis sur la reproduction numérique des personnages de Tarkin et de Leïa. Franchement, c'est super bien réalisé, y a pas grand chose d'autre à dire. On est arrivé à un point tel dans les technologies numériques que ces reproductions d'êtres humains en numérique n'a jamais été aussi réaliste et ne le sera surement pas plus. A mes yeux, la polémique autour de l'utilisation de cette technologie dans Rogue One est stupide, le résultat est plus que convenable, c'est juste du très bon boulot, rien d'autre à dire pour ma part sur ces éléments, tout a déjà été dit de toutes façons...

Pour conclure, Gareth Edwards réussi avec Rogue One un coup de maître, avec l'un des meilleurs films de cette année 2016 et de toute la saga Star Wars à mes yeux, de par son ton plus sombre et adulte, et même si les personnages ne sont pas assez développés à mon goût et que je trouve le montage trop vif (mais bon, tous les autres montages le sont aujourd'hui...), et que ce film peut être considéré comme un pur produit de fan service, il reste un film de très grande qualité. Une dernière petite remarque pour ma part: ce n'est que le troisième film réalisé par Gareth Edwards (après Monsters et Godzilla), alors je pense pouvoir dire que ce réalisateur de talent sera lui aussi à suivre dans les années à venir...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article